ALBALBADEJO RC LAUSANNE – RC LUZERN : 29 – 8 (mi-temps : 19-8)

«  ALBALADEJO RC LAUSANNE – RC LUZERN : 29 – 8 (mi-temps : 19-8)

Pour cette dernière rencontre de la saison régulière la plaine de Chavannes était balayée par un vent frisquet et violent. Notre formation recevait la fringante équipe de Lucerne et la FSR avait délégué , pour diriger la partie, l’homme en bleu tout droit venu de Dorigny chaussé de lunettes prescrites par Dr.Mova et empruntées au polonais Jaruszelki. De nombreux anciens avaient répondu à l’appel de M’Sieur Duc ; on peut en l’occurrence parler d’appel de la forêt, alors que Seb et Pasta garnissaient l’infirmerie.

Face à la lanterne rouge de LNB notre équipe n’affichait ni excès de confiance ni montheysanne suffisance et elle eut bien raison comme le démontrera la première mi-temps de ce match. Pour pallier aux défections aux fauteuils d’orchestre Ioan occupait un poste de pilier assorti du brassard de capitaine ; un rôle de composition dont il s’acquittera avec courage.

Sur la première mêlée, à la 2e minute, les visiteurs récupèrent le ballon sur notre introduction et s’installent dans notre moitié de terrain en lançant des offensives par leurs véloces trois-quarts. A la 4e minute une première occasion d’ouvrir la marque est offerte sur pénalité consécutive à un plaquage à retardement mais le demi de mêlée lucernois échouera dans sa tentative. Première incursion de nos joueurs à hauteur des 22 mètres adverses, à la 6e minute, mais le ballon perdu sur touche sera bien négocié et les lucernois nous refouleront à nouveau dans notre camp. A la 9e minute ils ouvriront la marque sur pénalité des 15 mètres face aux poteaux ; Œil de Lynx aux couleurs de Schtroumpf ayant détecté une faute au sol : 0-3.

Notre équipe est à l’agonie en conquête et pêche par de nombreux plaquages manqués. A la 13e minute l’ouvreur de Suisse centrale perce jusqu’à hauteur de nos 5 mètres mais un en-avant stoppera cette dangereuse offensive. Notre charnière peine à négocier les quelques ballons récupérés et restera sous la pression permanente des visiteurs. A la 20e minute, une pénalité rapidement jouée sur nos 5 mètres permet au demi-de-mêlée bleu et jaune de lancer son pilier qui, mystifiant nos défenseurs endormis, aplatira un essai en moyenne position, qui ne sera pas transformé : 0-8.

Notre pack se requinque quelque peu et parvient à remettre la main sur le ballon et à revenir à hauteur des 22 mètres lucernois. A la 24e minute, une belle ouverture de nos trois-quarts voit Pierrick Poulenas feinter la passe et servir Quentin lancé à pleine vitesse pour marquer un bel essai dans le coin gauche. La difficile transformation sera manquée et on revient au score : 5-8.

Les visiteurs piqués au vif reprennent leur domination territoriale alors que Cédric reste au sol ; le pilier-caissier est à terre mais les comptes sont bons ! Changement total de décor et de scénario avec l’entrée de Tom-Tom qui insufflera l’agressivité et la volonté qui faisaient défaut à nos joueurs depuis le coup d’envoi. A la 34e minute, un joli slalom de Louis Dougoud, de retour sur la pelouse après une grave blessure, permet à notre équipe de s’installer près de la ligne adverse. Sur une mêlée à 5 mètres le ballon difficilement extrait par Vu-Nam sera transmis à Rémi qui, au terme d’une feinte à la David Campese, parviendra à marquer un deuxième essai en coin. La très difficile conversion sera magnifiquement assurée par Quentin, malgré le vent violent : 12-8. Les supporters reprennent espoir et encouragent notre équipe.

A la 38e minute, suite à une touche gagnée à hauteur de nos 40 mètres un superbe maul est enclenché et Charles parvient à prolonger l’action par une percée tonitruante. Le ballon est transmis à nos fringants attaquants et Pierrick, après avoir mystifié des défenseurs lucernois, sert Quentin qui redresse sa course vers le centre du terrain pour marquer un troisième essai entre les poteaux dont il assurera lui-même et soigneusement la transformation.

Sur le coup d’envoi du second acte notre équipe s’installe résolument dans le camp de ses hôtes et obtient, dès la 3e minute, une mêlée sur les 22 mètres. Nos avants ont pris la mesure de leurs adversaires et obtiennent une pénalité qui sera rapidement jouée par Vu-Nam. Longue passe de Pierrick, encore lui, à Rémi qui marquera un quatrième essai encore une fois en coin, qui ne sera pas transformé : 24-8.

La partie se poursuit avec de nombreuses maladresses de part et d’autre alors que Pierric Travers récupère de nombreux ballons en touche. De son côté, l’homme en bleu venu du lac et du LUC se mélange un peu dans les avantages ne sachant plus s’il doit siffler une Supercard ou une Cumulus. Le rythme du jeu baisse d’un ton et les actions se situent entre les 22 mètres de chacune des équipes.

A la 31e minute, un obscur échange de bourre-pifs amène l’arbitre à décider d’infliger un carton jaune (yellow card en dialecte lucernois) aux deux numéros 13, probablement pour conjurer le mauvais sort et les poissons en vogue ce 1er avril. C’est ainsi que le brave Pierrick, dans le viseur de l’arbitre sur de nombreux rucks, ira purger sa peine au bord du terrain alors que le vrai coupable (…dont je tairai l’identité après sa confession) restera heureusement avec les siens.

A quatorze contre quatorze il y a plus de place sur le terrain et c’est ainsi qu’on verra Chico, notre toujours jeune talonneur, s’incorporer dans la ligne de trois-quarts pour faire valoir ses jambes de vingt ans et reproduire le système de jeu des All Blacks.

A la 38e minute, alors que Lucerne était une nouvelle foi revenu dans notre camp, le ballon sera récupéré et transmis à Jeff, notre Castrogiovanni, qui distillera un lumineux coup de pied depuis ses 40 mètres pour Paul, notre ailier remplaçant qui parviendra à marquer un cinquième essai confirmant le bonus offensif, dans le coin gauche du rectangle : 29-8. 

Belle et convaincante victoire de notre équipe qui, malgré trente premières minutes de doutes et d’approximations, est parvenue à conclure parfaitement cette série de trois matchs à domicile. Place maintenant au tour de promotion (play-off, en patois d’Emmenbrücke) où l’on espère retrouver notre équipe dans sa meilleure forme et ses supporters donnant de la voix pour l’encourager. »