RC NEUCHATEL SPORTS – ALBALADEJO RC LAUSANNE : 78-0 (mi-temps : 42-0)

Face à l’armada neuchâteloise plus physique, plus technique et plus tonique notre équipe n’a jamais baissé les bras même si le score en forme de déroute semble prouver le contraire. Confisquant le ballon et mettant notre mêlée sur le reculoir le pack local permis à ses attaquants de rapidement marquer quatre essais pour porter la marque à 22-0 à la 14e minute déjà. Autant dire que la partie était déjà pliée !

De grosses bévues défensives et des plaquages autour des torses des surpuissants joueurs du littoral plutôt qu’aux chevilles ne pardonnèrent jamais et permirent aux locaux de profiter de toutes leurs offensives. Pourtant la première période ne se traduisit pas par une domination territoriale flagrante et notre équipe passa même une petite dizaine de minutes dans le camp neuchâtelois. Symptomatique des carences de nos joueurs en matière de plaquage fut l’essai marqué, à la 38eminute, par le pilier gauche neuchâtelois qui, héritant du ballon à mi-terrain, mystifia tous ceux qui tentèrent de s’agripper à ses solides épaules pour marquer entre les poteaux un essai qui ne sera pas transformé. A vrai dire la seule faiblesse des Neuchâtelois semble se situer au niveau des buteurs ce qui n’est pas bien grave lorsqu’on parvient à aligner les essais.

La seconde période vit une plus nette domination territoriale des locaux et le score enfla rapidement dans le premier quart d’heure pour atteindre 59-0. Pourtant notre équipe fit preuve de quelques velléités offensives avec de belles animations de Simon en trois-quart centre et des mauls bien constitués sur des touches enfin gagnées grâce à la rentrée de Rémy, notre pilier-compagnon et lanceur dont le gps n’avait pas localisé la cuvette de Puits-Godets. A dix minutes de la fin de la partie notre équipe se permit même d’inquiéter ses hôtes du jour sur une mêlée à 5 mètres ; pas vraiment un cadeau puisque les Neuchâtelois très prompts à relancer tous les ballons parvinrent à remonter le terrain pour asséner un 12e essai. Deux nouvelles réussites permirent au score d’enfler jusqu’au niveau record de 78-0. 

Comme le disait Georges Ongaro, un des premiers entraîneurs de notre club, à partir de trente points d’écart un score de rugby ne veut plus rien dire. Espérons que ce propos consolera quelque peu nos joueurs.

Le premier volet du curieux championnat inventé par notre chère FSR se termine sur ce cuisant revers. Lors de ces cinq premiers matchs notre équipe  a été confrontée à des équipes qui lui étaient supérieures en termes de gabarits des joueurs et de bagage technique individuel et collectif. Espérons que la pause hivernale, qui commencera après un match-mystère la semaine prochaine, permettra à nos coachs de remobiliser l’effectif. En tout cas l’après-midi fut plaisante avec des essais spectaculaires et un arbitre intelligent qui évita par exemple de sanctionner un croche-pied de notre blond ailier gauche en se contentant de le réprimander. Une façon pédagogique de gérer un match à sens unique !